Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

C'est avec beaucoup de bonheur que je vous ouvre les portes de mon jardin secret. J'espère que vous aurez grand plaisir à vous y perdre et à partager l'amour des mots et celui de la poésie.

Je vous souhaite un bon voyage !

Vanessa

A méditer ...

  La vraie générosité envers l'avenir consiste à tout donner au présent.

Albert Camus

14 octobre 2016 5 14 /10 /octobre /2016 18:55

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Rétif à l’idée de faire comme si tout allait pour le mieux, j’avais opté pour cet air conquérant que j’avais pris l’habitude d’afficher pour mieux masquer mes peurs ancestrales. Et pourtant, je n’avais jamais eu si peur de ma vie. Je repoussais de toutes mes forces les images qui affluaient. Je ne voulais penser à rien alors même qu’une foultitude de questions et de visages me submergeait. Je manquais d’air. J’allais claquer, dans cette salle froide et impersonnelle, c’était certain.

Prenant un morceau de chorizo que j’avais rapporté de la cafétéria où il y avait foule, je tentais de déboutonner le col de ma chemise. Dans une ultime tentative et essayant de me donner la contenance qui me faisait tant défaut, je cherchais à poser mon regard sur tout et n’importe quoi pour échapper à cette réalité. Tout sauf y réfléchir ! Un coup d’œil sur le plafond dont la peinture, indéniablement, semblait s’effriter, me permit de reprendre une bouffée d’air. Oui, décidément, tout fichait le camp. Etonnant comme la vie vous fait parfois des clins d’œil.

Et puis, tout d’un coup, des pas précipités. Elle rentre dans la salle avec sa blouse blanche et son grand sourire. Elle semble vouloir m’encourager. Aurait-elle compris ?

C’est maintenant que tout va se jouer. Il faut se mobiliser. Je dois répondre présent et être fort. Je ne peux plus reculer. Rien ne peut arrêter le processus. Ça va arriver !

À cet instant crucial, face à ma femme, prête à donner la vie à notre enfant, c’est alors que je me suis laissé tomber. Le cœur béant, libéré de cette boule qui me broyait le cœur, j’ai pleuré de joie. La délivrance ! Nulle feinte en moi, seul le sentiment de plénitude qui envahit tout ton être. Vivant ! je me suis senti vivant ! Pour la première fois de ma vie sans doute. Seule certitude : être destiné à ce jour, celui où notre fille est née. Son sourire en cœur m’a percé en plein dans le mille faisant voler en éclats mon indifférence. Voilà, j’étais vulnérable mais aujourd’hui, tout pouvait commencer.

En un seul regard, l’étau s’est desserré. J’ai aspiré tout ce bonheur. J’ai ouvert grand les yeux sur ce cadeau de la vie. Au même moment, un halo de soleil se reflétait dans le regard ému de ma femme. Notre vie a trois pouvait s’écrire ici et maintenant. Nous allions enfin pouvoir prendre notre envol face à ce bébé plein de promesses. La vie est faite de surprises, je le sais, à présent. 

Ce jour-là, n’étais-je pas le plus heureux des hommes lorsque l’employé de mairie est venu me tendre le formulaire d’acte de naissance ? Le plus fier des papas, c’était moi !

C’était bien la preuve, si besoin en était, que quelque chose ne tournait pas rond.

 

Partager cet article

Repost 0
Vanessa Chollier-Nicaise - dans Textes & Poèmes
commenter cet article

commentaires

Michel 23/11/2016 08:50

Est-ce lui qui a écrit ou toi qui a transféré ses émotions.?.................beau ressenti , instant inconnu pour ma part car mon choix fut de ne pas me reproduire ! !! ! ( conviction personnelle )................mais je suis certain qu'un tel moment pour un bambin désiré doit être déstabilisant de bonheur et d'inquiétude......que les fées se soient bien penchées sur ce berceau..........................bises.....Mimi

Vanessa Chollier-Nicaise 23/11/2016 20:03

Cher Mimi,

En fait, je me suis imaginée à sa place. Je pense, du coup, que c'est un mélange d'émotions et de ressentis des deux. Et puis, il y a également une belle part de fiction où j'imagine les sentiments et les impressions de la personne que je mets en situation. L’arrivée d’un enfant est une telle source d’émotions que nous avons beaucoup échangé avec mon mari, François après la naissance afin de savoir ce que j’avais ressenti et ce qu’il avait ressenti. Nous en parlons régulièrement. Nous l’évoquons parce qu’il est bon de se plonger à nouveau dans ce moment intense où le temps a été suspendu et qui reste unique pour nous.

Bisous et belle soirée à toi, Mimi.

Ultimes Parutions

Pages